Marguerite et Julien [Compétition Cannes 2015]


"Marguerite et Julien" est le 5e film français en compétition pour la Palme d'Or du Festival de Cannes. Alors, chronique d'un échec annoncé ?




"Marguerite et Julien" est librement inspiré de la vraie histoire de Marguerite et Julien de Ravalet, enfants du seigneur de Tourlaville (le tournage a eu lieu dans le vrai château de Tourlaville). C'est une tragédie incestueuse, un amour fort mais interdit.

Le quatrième film de Valérie Donzelli (actrice reconnue et réalisatrice récompensée pour "La guerre est déclarée") est... bizarre, à défaut d'autre mot.

Certes, un film sur l'inceste est toujours spécial mais là, on atteint des sommets. Je n'arrive toujours pas à déterminer si je l'ai moyennement apprécié ou complètement détesté. A moins que je ne sois trop obtuse d'esprit pour la vision de cet amour particulier.

Car c'est bien d'un amour particulier dont il s'agit. Marguerite (Anaïs Demoustier) et Julien (Jérémie Elkaïm) sont un frère et une sœur. Depuis leur enfance, ils sont inséparables et déjà unis par une forte tendresse. Et surtout, ils se sont promis de toujours s’aimer, quoique qu'il puisse arriver.

Un jour, sous l'impulsion de leur grand-oncle abbé (Sami Frey), les parents décident de les séparer : Marguerite est accusée de dévoyer son frère du droit chemin. De fait, Julien et Philippe (le frère aîné) sont expédiés dans un collège tandis que la petite fille reste au château (remarquez qu'elle échappe au couvent !). Les années passent, forcément, et Marguerite grandit seule. Alors qu'elle repousse tous ses prétendants, ses deux frères reviennent enfin au bercail.


C'est le début de la fin pour les deux jeunes gens. Comment résister à cette attirance ? Comment vivre cet amour interdit  ? Romance réelle ou fascination incestueuse ?





Le film pouvait être intéressant à défaut d’être bien. Mais ce n’est qu’une succession de clichés : amourette pour pousser à la jalousie, jeu du chat et de la souris, déshonneur familial, mariage de convenance pour sauver une réputation, mari plus vieux, presque viol, fuite dans les bois, enfant né des amours incestueux, arrestation et condamnation. Oups, je vous ai raconté tout le film...

Le contexte historique ne relève même pas le niveau : on navigue dans un monde parallèle avec un roi, où les calèches côtoient des voitures, où un hélicoptère fait face à des gendarmes en guêtres blanches et pèlerines bleues. Au moins, un vrai film d'époque aurait épicé la sauce. Mais là, niet, ça ne prend pas.

Le pire est sans doute la relation des deux amants. Ils s’aiment, ok. Mais eux-mêmes ne savent pas pourquoi. Aucune réflexion profonde sur leurs sentiments, aucune déclaration enflammée, aucun lyrisme amoureux. Aucune découverte de l’autre, aucune compréhension, pas de point commun, pas d’échange. C’est plat et on s’ennuie. Les personnages sont naïfs, sans saveur.





En plus, il faut attendre presque 1h30 pour que Marguerite prenne enfin conscience de l’interdit de cet amour : « Si tu m’épouses, je serai ta femme et ta sœur ? Et si nous avons des enfants, tu seras leur père et leur oncle ? Ils seront frères mais aussi cousins ? ». La salle a explosé de rire.

La seule chose un peu réconfortante dans ce film vient des proches. Les parents condamnent cet amour contre-nature mais acceptent d’aider leurs enfants par peur de les perdre définitivement. Le frère, inquiet, est le premier à dire qu’il ne faut pas les séparer. Quant à la gouvernante, elle est le messager secret, la main bienveillante qui les couvre.

Bref.

"Marguerite et Julien" est la transgression de trois interdits : le meurtre, l'inceste et le mensonge. À cela vous ajoutez l'adultère et vous obtenez un film assez fade.

Malgré tout, si vous décidez de le visionner, n’hésitez pas à me donner votre avis !




MARGUERITE ET JULIEN
Sortie le 30 septembre 2015 (France) - 1h50
Drame
Réalisateur : Valérie Donzelli
Acteurs : Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm, Sami Frey

0 petits mots: