Tale of Tales - Il Racconto dei racconti [Compétition Cannes 2015]


"Tale of Tales" est un film italien avec un casting digne d’Hollywood : Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones et John C. Reilly sous la direction de Matteo Garrone. Surtout, ne vous arrêtez pas à la bande-annonce, le film est bien meilleur que cette dernière ! Esthétiquement, l'un des plus beaux films du Festival de Cannes 2015.


Vice Versa [Hors-Compétition Cannes 2015]

Le nouveau Disney-Pixar s'appelle "Vice Versa" (Inside Out en VO). Succès garantie pour la saison estivale !




Il n'y a pas de princesse et ce n'est pas un dessin animé avec des chansons. "Vice Versa" est un véritable film d'animation où les personnages en 3D vous feront vivre 1h30 de pur plaisir. C'est survitaminé, coloré, humoristique : tous les ingrédients sont réunis pour en faire un succès auprès des petits mais surtout des grands !

A la fin de la projection à Cannes, plusieurs personnes se sont dites déçues que le film soit présenté Hors Compétition au Festival de Cannes. Je peux tout à fait comprendre. En presque dix jours de Festival, c'est le film que j'ai préféré. Pourquoi ?

Oui, "Vice Versa" est un film d'animation pour les enfants. Oui c'est un Disney. Mais c'est également un Pixar. Les enfants apprécieront le côté aventure et coloré de l'histoire mais ce sont les adultes qui s'amuseront le plus. "Vice Versa" est bourré de clins d’œil et d'humour. Il faut être un "grand" pour apprécier toute la délicatesse et la poésie d'un film amusant mais également sérieux et mélancolique traitant d'un moment délicat, cette fin de l'enfance et ce début de l'adolescence.




"Vice Versa" raconte l'histoire de Riley et des Cinq Émotions. Riley est une petite fille de 11 ans, vivant dans le Midwest (USA), appréciant les glaces, le hockey et les sorties avec ses parents. C'est une enfant joyeuse, amicale, qui aime les bêtises.

Seulement voilà, sans élément perturbateur, pas d'histoire. En l’occurrence, un déménagement à San Francisco. Et notre petite Riley, au départ enthousiaste, devient peu à peu taciturne et renfermée. Très vite, elle n'a plus qu'une seule idée en tête : retourner dans le Minnesota, là où elle était heureuse.

Et pour corser un peu le tout, les pensées de Riley sont déterminées par... Des Émotions. Elles sont au nombre de cinq et pilotent l'esprit de la petite fille depuis le Quartier Cérébral.


     


Joie est la première. Lumineuse, agréable, c'est une Émotion pleine de vie, toujours en mouvement, un vrai feu follet. Sa mission est simple : rendre Riley heureuse. Et pour cela, elle va embarquer Tristesse, la seconde Émotion, dans une quête fabuleuse.

Pour Tristesse, tout va toujours mal. Ce n'est pas qu'elle n'aime pas Riley, au contraire elle voudrait son bonheur. Mais elle abîme tout ce qu'elle touche. Et quand tout va mal, mieux vaut s'arrêter et pleurer un bon coup.

Les trois autres Émotions, restées seules au Quartier Cérébral, doivent piloter Riley... Et ce n'est pas facile ! Dégoût, Colère et Peur font leur possible pour aider la petite fille mais la tâche s'annonce ardue !


          


Les Cinq Îles, l'ami imaginaire, le gouffre des pensées, le Train de la pensée, les souvenirs... Et cette petite chanson stupide qui revient toujours au mauvais moment ! Sans vous en dire plus (et vous gâcher la surprise), ce film d'animation est un vrai petit bijou.

"Vice Versa", réalisé par Pete Docter, à qui nous devons "Là-Haut" et "Monstres & Cie", est certainement le meilleur film d'animation de Disney-Pixar depuis "Monstres & Cie". Vous allez adorer !




VICE VERSA - INSIDE OUT
Sortie le 17 juin 2015 (France) - 1h34
Animation, Humour
Réalisateur : Pete Docter
Voix françaises : Charlotte Le Bon (Joie), Marilou Berry (Tristesse)
Gilles Lellouche (Colère), Mélanie Laurent (Dégoût), Pierre Niney (Peur)



Marguerite et Julien [Compétition Cannes 2015]


"Marguerite et Julien" est le 5e film français en compétition pour la Palme d'Or du Festival de Cannes. Alors, chronique d'un échec annoncé ?




"Marguerite et Julien" est librement inspiré de la vraie histoire de Marguerite et Julien de Ravalet, enfants du seigneur de Tourlaville (le tournage a eu lieu dans le vrai château de Tourlaville). C'est une tragédie incestueuse, un amour fort mais interdit.

Le quatrième film de Valérie Donzelli (actrice reconnue et réalisatrice récompensée pour "La guerre est déclarée") est... bizarre, à défaut d'autre mot.

Certes, un film sur l'inceste est toujours spécial mais là, on atteint des sommets. Je n'arrive toujours pas à déterminer si je l'ai moyennement apprécié ou complètement détesté. A moins que je ne sois trop obtuse d'esprit pour la vision de cet amour particulier.

Car c'est bien d'un amour particulier dont il s'agit. Marguerite (Anaïs Demoustier) et Julien (Jérémie Elkaïm) sont un frère et une sœur. Depuis leur enfance, ils sont inséparables et déjà unis par une forte tendresse. Et surtout, ils se sont promis de toujours s’aimer, quoique qu'il puisse arriver.

Un jour, sous l'impulsion de leur grand-oncle abbé (Sami Frey), les parents décident de les séparer : Marguerite est accusée de dévoyer son frère du droit chemin. De fait, Julien et Philippe (le frère aîné) sont expédiés dans un collège tandis que la petite fille reste au château (remarquez qu'elle échappe au couvent !). Les années passent, forcément, et Marguerite grandit seule. Alors qu'elle repousse tous ses prétendants, ses deux frères reviennent enfin au bercail.


C'est le début de la fin pour les deux jeunes gens. Comment résister à cette attirance ? Comment vivre cet amour interdit  ? Romance réelle ou fascination incestueuse ?





Le film pouvait être intéressant à défaut d’être bien. Mais ce n’est qu’une succession de clichés : amourette pour pousser à la jalousie, jeu du chat et de la souris, déshonneur familial, mariage de convenance pour sauver une réputation, mari plus vieux, presque viol, fuite dans les bois, enfant né des amours incestueux, arrestation et condamnation. Oups, je vous ai raconté tout le film...

Le contexte historique ne relève même pas le niveau : on navigue dans un monde parallèle avec un roi, où les calèches côtoient des voitures, où un hélicoptère fait face à des gendarmes en guêtres blanches et pèlerines bleues. Au moins, un vrai film d'époque aurait épicé la sauce. Mais là, niet, ça ne prend pas.

Le pire est sans doute la relation des deux amants. Ils s’aiment, ok. Mais eux-mêmes ne savent pas pourquoi. Aucune réflexion profonde sur leurs sentiments, aucune déclaration enflammée, aucun lyrisme amoureux. Aucune découverte de l’autre, aucune compréhension, pas de point commun, pas d’échange. C’est plat et on s’ennuie. Les personnages sont naïfs, sans saveur.





En plus, il faut attendre presque 1h30 pour que Marguerite prenne enfin conscience de l’interdit de cet amour : « Si tu m’épouses, je serai ta femme et ta sœur ? Et si nous avons des enfants, tu seras leur père et leur oncle ? Ils seront frères mais aussi cousins ? ». La salle a explosé de rire.

La seule chose un peu réconfortante dans ce film vient des proches. Les parents condamnent cet amour contre-nature mais acceptent d’aider leurs enfants par peur de les perdre définitivement. Le frère, inquiet, est le premier à dire qu’il ne faut pas les séparer. Quant à la gouvernante, elle est le messager secret, la main bienveillante qui les couvre.

Bref.

"Marguerite et Julien" est la transgression de trois interdits : le meurtre, l'inceste et le mensonge. À cela vous ajoutez l'adultère et vous obtenez un film assez fade.

Malgré tout, si vous décidez de le visionner, n’hésitez pas à me donner votre avis !




MARGUERITE ET JULIEN
Sortie le 30 septembre 2015 (France) - 1h50
Drame
Réalisateur : Valérie Donzelli
Acteurs : Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm, Sami Frey

Notre petite soeur - Umimachi Diary [Compétition Cannes 2015]

Dixième réalisation du japonais Hirokazu Kore-Eda, "Notre petite sœur" ou "Umimachi Diary" est une libre adaptation du manga du même nom.

Et c'est superbe ! 

Mad Max : Fury Road [Hors-Compétition Cannes 2015]



Avec beaucoup de chance, j'ai vu mon premier film dans le Grand Théâtre des Lumière, à Cannes.

Une impression un peu bizarre... Ces nombreux fauteuils rouges, les journalistes, les projecteurs, l'estrade (finalement par très large). Une première projection, cela se savoure ! 

Et le film ?

Vous connaissez tous Mad Max. Sinon, vous en avez entendu parler. Une dystopie au style western en trois épisodes avec Mel Gibson, le tout à la sauce des années 80. En gros, l'histoire se situe dans un monde post-apocalyptique désertique où les survivants se battent pour le contrôle de l'eau et du pétrole. Dit comme ça, cela paraît simple.

Je vais vous faire une confidence : je n'ai pas vu la trilogie.

Partant donc sans à priori autre que le visionnage de la bande annonce (et whoua ! "La Chevauchée des Valkyries" de Wagner est sublime), je ne savais pas trop à quoi m'attendre.

Je n'ai pas été déçue ! 

Ce film est un blockbuster démentiel, deux heures d'effets spéciaux à couper le souffle ! On enchaîne des courses-poursuites mémorables et des séquences dans le désert superbes ! L'histoire est simple : Aller d'un point A à un point B en tentant de semer les poursuivants (plus facile à dire qu'à faire...). Le film n'est qu'une seule et même poursuite. Pendant deux heures. Et on ne s'ennuie même pas ! 

Ma première réaction :  Cela a dû coûter cher. Mais le résultat est à la hauteur ! On en viendrait même à se demander si le véritable héros du film n'est pas le désert. Ou le camion de guerre. Ou même l'eau.


D'ailleurs, j'ai beaucoup apprécié cette dualité constante entre le feu et l'eau, le soleil et le sable. On a l'impression que les éléments sont vivants, prêts à vous engloutir au moindre faux pas. 

Les scènes d'action sont bien dosées, même si parfois un peu trop denses. 

Max est incarné par Tom Hardy (récemment vu dans "Enfant 44") et il est sensé être le personnage principal. Un héros affaibli, découragé, sans aucun espoir. Muselé au sens propre comme au figuré. Tellement brisé qu'il refuse toute intrusion dans sa vie. 


En réalité, on suit plutôt l'histoire de Furiosa (Charlize Theron, sublime), conductrice du camion de guerre, soldat amer et bien décidée à rejoindre la Terre Verte avec son précieux chargement dérobé au grand vilain/pasbeau/méchant, Immortan Joe.

A cela, vous ajoutez un soldat fanatique (Nicholas Hoult "X-Men : First Class"), des épouses-esclaves peu vêtues (Zoë Kravitz, "Divergente"), un bruit de tonnerre, beaucoup de sable et vous obtenez une fresque haletante sur la rédemption des héros à la recherche de la Terre Promise.


Au final, on pourrait se demander si tout est une question de contrôle des richesses (eau et pétrole). A moins que ce ne soit la découverte de cet ailleurs, ce chez-soi présent au fond du coeur ? 



MAD MAX : FURY ROAD
Sortie le 14 mai 2015 - 2h00
Science-fiction
Réalisateur : George Miller
Acteurs : Tom Hardy, Charlize Theron,
 Nicholas Hoult, Hugh Keays-Byrne

Festival de Cannes 2015


Quoi de mieux pour commencer ce blog, que de parler du Festival de Cannes ?

Cette année, j'ai la chance d'avoir une accréditation pour l'édition 2015 :)

Venez, je vous emmène sur la Croisette !

Bienvenue




Bienvenue sur Fauteuil Rouge !

Un peu de Culture saupoudrée d'Art
quelques expositions,
de belles images,
et beaucoup de Cinéma.

Un blog sans prétention, 
à déguster bien calé au fond d'un fauteuil (rouge !), 
avec du popcorn.


Savourez !